Archives mensuelles : avril 2015

La colocation de bureau : principe, avantages et inconvénients

colocation de bureau
La colocation ne se limite plus au partage d’appartement. Le concept s’étend aujourd’hui à la colocation de bureau et de plus en plus d’entrepreneurs y sont réceptifs. En quoi consiste-t-elle ? Quels en sont les avantages et inconvénients ? Nos réponses.

Les principes de la colocation de bureau

La colocation de bureau, plus connue sous le terme « coworking », consiste à partager un local professionnel avec d’autres entrepreneurs. Il faut souligner qu’il n’est pas obligatoire que les activités relèvent du même secteur pour pouvoir partager un bureau. Le coworking peut par exemple réunir un styliste, un graphiste freelance et un développeur web.

Deux principaux cas de figures de coworking peuvent se présenter :
– deux ou plusieurs entrepreneurs décident de louer ensemble un local professionnel, mais chacun aura son bureau.
– une société dispose d’un espace ou de bureaux vides qu’elle souhaite optimiser en la louant à d’autres professionnels.

Il se peut aussi que le propriétaire du local met à la disposition de quelques professionnels son espace pour des besoins ponctuels. Dans ce cas, il s’agira d’une location à l’heure, à la journée, à la semaine, au mois ou à l’année.

Les avantages du coworking

Le premier avantage est certainement la réduction des charges financières. En effet, les coûts seront moindres en ce qui concerne les équipements, car tout est une question de partage. Chacun peut utiliser l’imprimante, la photocopieuse, la machine à café et autre matériel présents sur les lieux. Ce qui évite d’investir.
Ensuite, les charges relatives au loyer, à la consommation d’eau et d’électricité se trouveront considérablement réduites, car elles seront aussi partagées.

Un autre avantage du coworking réside dans le partage d’expériences et de savoir-faire, la création de réseau. En effet, les pauses café et les événements organisés sur place sont autant d’opportunités pour échanger avec d’autres professionnels.

Le coworking peut aussi se traduire par une accessibilité à des compétences complémentaires en cas de doute : avis extérieur, conseils,… C’est également un excellent moyen de tisser des liens avec d’autres entrepreneurs, de mettre en place des projets de partenariat ou encore de développer son portefeuille clients.

Enfin, la colocation de bureau offre une flexibilité en fonction de la formule de location choisie. En effet, les colocataires sont libres de louer pour une durée limitée (essentiellement pour les sociétés qui n’ont pas la possibilité de se projeter sur une longue période), de façon ponctuelle (besoin d’espace pour recevoir des clients ponctuellement) ou sur une longue durée.

Les inconvénients de la colocation de bureau

Ce concept n’est pourtant pas dénué d’inconvénient. Le plus couramment évoqué est le souci de confidentialité puisque certaines activités sont soumises à des règles de confidentialité très strictes. En outre, certains travailleurs se plaignent de manquer de concentration, puisque la plupart du temps, le coworking se déroule en open space.

Dans tous les cas, c’est une excellente formule pour débuter en tant que freelance, surtout si l’on travaille seul sur un projet et que l’on a un budget assez serré.

Archives mensuelles : avril 2015

Livres : quand la colocation inspire de nombreux auteurs

livre sur la colocation
La colocation est de nos jours devenue une situation quasiment « banale », un véritable mode de vie qui fait de plus en plus d’adeptes. Certains y ont recours pour des raisons pratiques, d’autres pour des raisons financières. Et c’est aujourd’hui un sujet qui fait couler beaucoup d’encre…

« La colocation : mode d’emploi »

Cet ouvrage d’Hervé Jarrige-Lemas aux éditions Puits Fleuris s’inscrit dans la collection « Conseiller Juridique Pour Tous » et traite de tous les aspects de la colocation afin d’éclairer au mieux le public.
C’est justement pour apporter des éclaircissements juridiques sur le plan pratique de la colocation que l’ouvrage a été élaboré. Bref, un vrai guide pratique pour tous ceux qui vivent en colocation sans en connaître le revers, mais aussi pour ceux qui envisagent de sauter le pas, mais souhaitent en savoir plus avant de faire leur choix.

« Comme un plateau » : la colocation en BD

La colocation inspire aujourd’hui beaucoup d’auteurs et se traduit dans de nombreux ouvrages, même en bande dessinée ! Dans « Comme un plateau », l’auteure Emilie Plateau relate en images comment elle a découvert et vécu la colocation. Après son diplôme des beaux arts, Emilie part s’installer en Belgique et découvre les implications d’une colocation : découvertes des caractères du colocataire et nécessité d’adaptation.

« La colocation, mode d’emploi pratique et juridique »

La colocation suppose le partage d’un espace de vie entre des personnes issues d’environnements différents et donc dotées de caractères différents. Cela implique des concessions et une adaptation de part et d’autre. Cet ouvrage dispense des conseils pratiques sur la manière d’aborder la colocation, notamment en terme d’organisation (relationnelle, financière). De la définition des critères du colocataire idéal aux différentes étapes à suivre pour parvenir à la colocation, en passant par la recherche du local, vous trouverez vos réponses dans cet ouvrage au travers de nombreux témoignages.

Vous y retrouverez également la colocation dans son cadre administratif et juridique. Cela vous aidera grandement à appréhender les éventuels conflits qui risquent de surgir tant à l’égard de votre propriétaire que de votre (vos) colocataire(s).

« Roomie » : colocation ne rime pas toujours avec partage et facilité !

Bien souvent, la colocation est perçue comme une solution pratique et économique. À travers son roman intitulé « Roomie », Candice Nicolas nous prouve que ce n’est pas toujours le cas et que la colocation peut parfois se transformer en une situation cauchemardesque. C’est l’histoire de deux jeunes Françaises qui partent aux Etats-Unis, dans l’Ohio, pour poursuivre leurs études. Le personnage principal est animé d’une certaine réticence, mais cède malgré elle et finit par partager son appartement avec une jeune femme avec laquelle elle n’a quasiment aucun point commun.C’est le début d’un véritable supplice. La tension s’installe très vite et leur relation se dégrade au point de détruire peu à peu la vie du personnage principal. Un véritable drame qui ouvrira certainement les yeux aux imprudents et leur apprendra que la colocation est une décision qu’il ne faut pas prendre à la légère.

Archives mensuelles : avril 2015

La colocation à Dijon

colocation Dijon
Ville estudiantine, Dijon a entrepris de grands travaux d’urbanisme pour mieux séduire et devenir une vraie ville où il fait bon vivre. Si les loyers en colocation sont en moyenne supérieurs à la moyenne française, il n’est pas impossible d’y trouver des biens à des tarifs particulièrement intéressants.

La ville de Dijon

Dijon est le chef-lieu de la région Bourgogne et fait partie du département de la Côte d’Or. Au 1er janvier 2015, la ville comptait 156.270 habitants, soit une augmentation de 0,56% en cinq ans (selon les données communiquées par l’INSEE). Il est à noter que, sur ce nombre, quelque 30.000 constituent la population estudiantine. Certains quartiers, comme celui de la Fontaine d’Ouche, dans l’ouest de la ville, des Grésilles ou de Varennes sont essentiellement constitués de maisons d’habitation. Des travaux d’aménagement sont en cours afin de donner maintenir l’attrait de la ville à son meilleur niveau, et pour répondre à la demande croissante en logement. Parmi ces travaux de rénovation, il y a ceux qui consistent à moderniser la gare de Dijon-Porte-Neuve, à réaménager le Parc d’activité de l’Est dijonnais et à rénover le quartier des Tanneries.

Le marché locatif à Dijon

Les propriétaires des biens du parc privé ont parfois du mal à trouver preneur. Cette situation s’explique en partie par le Plan Local d’Urbanisme qui prévoit jusqu’en 2020 la construction de 900 habitations par an, et par la création du quartier Grand Sud destiné à recevoir à terme quelque 3.000 habitants. Les bailleurs privés se voient donc contraints de revoir leurs tarifs de location à la baisse. Cette diminution concerne notamment les appartements de trois et quatre pièces qui se situent en périphérie du centre-ville.

Pour 37 m², il faut compter en moyenne 494 €, soit 13,33 €/m², charges comprises. Ce tarif est légèrement supérieur à la moyenne en France, qui est de 12,65 €/m2. Ce loyer diffère en fonction du fait qu’il s’agit d’un appartement ou d’une maison. Ainsi, pour un T2 et plus, le prix du m2 est de 11,61 € en moyenne. S’il s’agit d’une maison, il faudra compter 10,91 €/m².

Si le type de logement a son importance dans le loyer, les prix varient également en fonction des quartiers.

Quels quartiers pour la colocation à Dijon ?

Le quartier de l’Université est idéal pour ses tarifs accessibles, mais aussi pour son dynamisme et son animation. Les biens situés dans le quartier des Grésilles sont proposés à des tarifs moindres, convenant particulièrement aux petits budgets. Ces biens, pour la plupart, ont été récemment rénovés, ce qui permet aux colocataires de bénéficier d’un logement confortable et de qualité.

A condition de se lancer dans une recherche minutieuse, il est possible de trouver des appartements offrant un bon rapport qualité-prix du côté de la zone Junot-Drapeau. Ce quartier est en grande partie constitué de logements neufs.

Le quartier Clémenceau séduit de plus en plus, notamment en raison de ses nouvelles infrastructures : le centre des affaires, les écoles et la nouvelle gare TGV. Côté prix, la tendance est à la hausse, mais il est encore possible d’y trouver des appartements assez spacieux pour une colocation et à des tarifs accessibles.

Archives mensuelles : avril 2015

La colocation à Brest

brest
À Brest, les loyers sont largement inférieurs à la moyenne française. Cette ville, aujourd’hui industrialisée, affiche d’autres arguments pour séduire les nouveaux arrivants et ceux qui recherchent une colocation.

Carte d’identité de Brest

Brest est le chef-lieu d’arrondissement du Finistère. La ville se situe en seconde place pour la région Bretagne, après Rennes, en termes de nombre d’habitants (144.548), et en 25e position sur plan national. Elle est fortement marquée par son caractère maritime, notamment parce que c’est dans cette localité que le Charles de Gaulle a été construit. Elle abrite également l’Académie de marine. Après Toulon, Brest est la seconde ville portuaire militaire française et le neuvième port de commerce de France.

Brest accueille tous les ans environ 23.000 étudiants. Ils sont inscrits à l’université pluridisciplinaire ou dans l’une des grandes écoles brestoises (École navale de formation des officiers de la Marine Nationale, Institut universitaire européen de la mer, Télécom Bretagne …).

Brest séduit parce que le niveau de pollution y est encore faible et le climat doux. La localité est reliée aux grandes agglomérations, telles que Paris et Nantes, par les lignes de TGV et un réseau autoroutier sans péage. Pour se rendre en Angleterre, des car-ferry y prennent le départ quotidiennement. Les tarifs de la location y sont particulièrement attrayants.

Le marché de la location et de la colocation

Selon des chiffres communiqués par LocService en marge du Salon de l’Habitant de Brest de 2014, le loyer moyen à Brest est de 9,59 €/m2. Ce tarif s’aligne pratiquement à celui de la Bretagne, qui est de 9,45 €/m2. Ce prix est largement en dessous de la moyenne nationale qui est de 12,65 € /m².

Ces tarifs concernent tous les types de logements. Pour les appartements, qui forment la majeure partie des biens proposés en location et en colocation (à raison de 57,63% du parc locatif), les tarifs peuvent aller jusqu’à 8,70 €/m2. Ce prix est trois fois inférieur à celui proposé dans la capitale. Toujours en comparaison avec Paris, à Brest, une maison de 119 m2, donc particulièrement adéquate pour une colocation, est proposée à 867 €, ce qui équivaut à 7,28 €/m2 (prix pour un T1 parisien). Il convient cependant de préciser que les maisons ne constituent que 3,39% du parc locatif brestois.

Un aperçu des prix par quartiers

Bellevue est une zone d’intérêt pour les familles qui s’établissent en colocation. Elle abrite plusieurs écoles et crèches et le réseau de transport urbain qui le relie au centre-ville est bien fourni. Le secteur attire de plus en plus de demandeurs en colocation, mais pour l’instant, l’offre s’y aligne. Europe est un secteur riche de 15.000 habitants où l’offre est encore importante. Il a pour particularité d’être traversé par une ligne de tramway qui le relie facilement au centre-ville et d’abriter des logements à des prix hautement compétitifs.

Les prétendants à la colocation qui ont une préférence pour les maisons se tourneront vers le quartier de Saint-Marc. De surcroît, cette zone est située non loin du centre-ville.

Ceux qui privilégient les espaces verts se tourneront plutôt vers les Quatre-Moulins. Les offres pour des appartements y sont à la fois plus nombreuses et plus accessibles que celles pour des maisons.

Pour des prix vraiment très bas, il faudra orienter les recherches du côté de Saint-Pierre, l’inconvénient de ce quartier étant son éloignement du centre-ville.

Archives mensuelles : avril 2015

Colocation en bord de mer : 5 villes idéales pour une colocation de vacances

colocation bord de mer
La colocation de vacances est une excellente alternative pour réduire les frais d’hébergement tout en profitant pleinement des plaisirs que peut offrir une station balnéaire. C’est également un moyen de lier de nouvelles amitiés et de ne pas se retrouver seul durant ses vacances. Voici 5 villes où vous pourrez choisir cette solution d’hébergement.

Nice

Un séjour à Nice se déroule dans un cadre enchanteur et un climat exceptionnel. Côté activités pendant les vacances, il y en a pour tous les goûts ! Les fins gourmets et amateurs de bonnes saveurs se dirigeront vers le Cours Saleya et ses marchés. Ses nombreux cafés offrent une vue imprenable sur la mondialement célèbre Promenade des Anglais qui se découvre également au cours d’une balade en vélo. Ceux qui préfèrent profiter pleinement de la mer ont le choix entre la planche à voile, le kitesurf et la plongée sous-marine, entre autres possibilités. Les amateurs de sensations fortes ne seront pas en reste, avec l’escalade et le canyoning.

Marseille

De ces 26 siècles d’existence, Marseille a conservé de nombreux vestiges de son histoire, des constructions médiévales aux somptueux édifices du XIXe siècle. Certains quartiers, comme La Canebière, figurent parmi les incontournables. Créée par Louis XIV, cette zone devient un hyper-centre commercial avant d’être un véritable symbole de la ville. La Canebière abrite également des établissements de restauration qui proposent les spécialités culinaires marseillaises, comme la bouillabaisse, l’anchoïade et la soupe au pistou. D’autres plats qui mettent en valeur les poissons, et plus généralement les produits de la mer, figurent aussi à la carte. Les amoureux de la nature seront ravis de faire un tour du côté des Calanques, dont celles de Marseilleveyre et des Queyrons.

Cap d’Agde

Cap d’Agde, c’est d’abord une station balnéaire où les séances de farniente sur la plage a toutes les chances de se dérouler sous un beau soleil. Et pour profiter au maximum de la plage et de la mer, plongée sous-marine et planche à voile sont au programme. C’est aussi une ville où la nature offre un magnifique spectacle, que ce soit du côté du Canal du Midi ou de la Réserve naturelle du Bagnas. Un autre avantage indéniable d’une colocation est de pouvoir se partager les bonnes adresses de la région, surtout si l’on aime sortir le soir. Les restaurants ouvrent jusque tard dans la nuit, et les noctambules peuvent terminer leur soirée dans les discothèques.

Biarritz

Biarritz est une destination de choix pour les passionnés de plongée ou encore de rafting. Ceux qui préfèrent la terre ferme ne sont pas en reste avec les promenades en quad ou les randonnées, autant d’occasions d’entrer en contact avec le Pays Basque et ses splendides paysages verdoyants. Les balades seront ponctuées de haltes dans les villages traditionnels, une véritable aventure !

Sète

Sète a aussi son marché des Halles, où l’animation est un spectacle en soi. Ce marché se trouve le long des canaux, et une balade dans cette zone de la ville conduira également au vieux port. Les amoureux de la nature, eux, partiront à la conquête de la forêt domaniale des Pierres Blanches, qui permet non seulement de découvrir des plantes extrêmement rares, mais aussi d’avoir une vue imprenable sur la ville. Sa plage, le lido, a une histoire spéciale, car il s’agit d’un cordon d’un kilomètre et demi qui était anciennement un vignoble et un marais salin.

Archives mensuelles : avril 2015

5 comportements à avoir quand on vit en colocation

comportement colocation
Comme toute forme de société, la communication, le respect et les règles de vie sont capitaux pour qu’une colocation réussisse. D’autres comportements sont également indispensables pour une bonne cohabitation.

Faire un effort de communication

À partir du moment où il est question de vie en société, la communication est primordiale. Elle doit être présente avant même que la colocation se forme, c’est-à-dire au moment du choix des colocataires, et tout au long de la cohabitation, à chaque fois que c’est nécessaire. Avant même le début de la cohabitation, la communication a pour rôle de mieux se connaitre entre individus qui partageront désormais un espace de vie. Il sera question d’aborder les points importants, ceux sur lesquels un ou plusieurs futurs colocataires sont intransigeants : la cigarette à l’intérieur de l’appartement, les animaux domestiques … Dans une colocation, si des mises au point s’avèrent nécessaires, le meilleur moyen de le faire est d’en parler.

Respecter ses colocataires

La colocation réunit des personnes qui viennent d’horizons différents et qui ont chacun leur manière d’être. Pour la colocation se déroule au mieux, il est essentiel que chacune des personnes qui vivent dans l’espace commun respecte les autres et leurs différences. Celles-ci peuvent porter sur le mode de vie, les habitudes, la religion… Il est également nécessaire de faire preuve d’empathie et de tolérance, et de faire en sorte que le mode de vie de chacun n’interfère pas sur celui des autres.

S’en tenir aux règles écrites

Une fois que la colocation est formée, une première réunion de l’ensemble des colocataires est recommandée afin d’établir les règles de vie, essentielle à toute vie en communauté. Il est important que chaque colocataire s’y tienne. Cette faculté de respecter les règles est essentielle pour que la colocation se déroule au mieux. Ces dispositions écrites concerneront le paiement des loyers et les charges. Il est certain que ces points figurent déjà dans le contrat de bail. Mais il convient de les appréhender d’un point de vue pratique : si la quote-part de chaque colocataire doit être remise à une personne en particulier, il s’agit d’identifier lequel et d’indiquer une date butoir. Les charges peuvent comprendre les produits d’entretien et tout produit article susceptible d’être utilisé par l’ensemble de la colocation ; il convient d’identifier clairement lesquels et dans quelle mesure chaque colocataire y contribue. Les heures de sommeil de chacun, qu’il faudra bien sûr respecter et les heures limite de visite (pour ne pas perturber les autres colocataires) seront également indiquées.

Respecter l’organisation établie

La propreté est un facteur qui a grande importance, et qui pourtant, n’est pas forcément perçu de la même manière par l’ensemble de la colocation. Un planning des tâches ménagères sera établi, et tous devront s’y tenir. L’occupation de la salle de la salle de bains est un sujet qui peut être source de dispute. S’organiser pour que chacun y passe un temps suffisant est essentiel. Afficher un emploi du temps de tous les colocataires pour connaître le rythme de chacun et s’y adapter se présente aussi comme une bonne idée. Si un colocataire prévoit de recevoir de la visite et compte utiliser le salon pour accueillir quatre ou cinq de ses amis, il convient de prévenir les autres suffisamment à temps en utilisant le moyen le plus efficient de le faire.

Participer aux activités communes de la colocation

Puisque les colocataires partagent une maison ou un appartement, apprendre à faire encore plus ample connaissance permet de faire en sorte que les relations soient plus fluides. Des soirées ou des dîners entre colocataires sont une excellente occasion pour discuter et en savoir plus sur ceux avec qui on partage sa salle de bains ou son séjour. Pouvoir passer un moment de détente ensemble de temps à autre est une bonne façon d’améliorer l’ambiance au sein de la cohabitation. S’il faut que chacun contribue au pot commun pour organiser la soirée, il importe que tous le fassent de bonne grâce.