Archives mensuelles : mai 2015

Colocation : les loyers en hausse au premier trimestre 2015

loyer colocation
La colocation est un mode de logement avantageux pour les colocataires, mais qui peut aussi séduire les bailleurs. Les propriétaires bénéficient d’un très faible taux d’inoccupation, d’une plus grande simplicité pour louer les surfaces importantes et de loyers rentables. Au début de l’année 2015, ces loyers ont en plus connu une hausse.

Une hausse des loyers quasi générale

Selon les chiffres publiés par Appartager.com, Paris reste la grande ville la plus chère de France (avec un loyer moyen de 562 €), même si une augmentation est notée pour l’ensemble du marché de la colocation. Ces chiffres portent sur le premier trimestre de cette année. Il y apparaît qu’en moyenne, pour l’ensemble du territoire français, le loyer est de 448 €, soit une hausse de 2,05%.

La hausse la plus importante est notée à Nice, où elle est de l’ordre de 3,33%, soit un loyer moyen de 497 €. A Lyon et Marseille, aucun changement notoire n’a été constaté puisque les loyers sont restés à quelque 400 €. A Toulouse, une tendance contraire a été enregistrée : une baisse de 3,68% qui a fait que le loyer est passé à 366 €. La commune où les loyers en colocation sont les plus élevés est celle de Gex, dans l’Ain, où ils avoisinent les 600 €.

Une hausse du budget logement

Cette augmentation fait écho à celle du budget que les colocataires allouent à leur loyer. La proportion est cependant moindre, puisque la hausse du budget n’est que de 1,2% pour donner 570 €. Une distinction peut être faite en fonction du profil. Chez les actifs, le budget est de 541 € en moyenne. Chez les étudiants, la hausse est à peine perceptible, puisqu’elle n’est que de 0,6% pour donner une moyenne de 499 €.

La colocation intergénérationnelle, une tendance en hausse

Les loyers ne sont pas les seuls faits relatifs à la colocation où une augmentation est notée. La colocation intergénérationnelle séduit aussi de plus en plus. Cette tendance à la hausse est compréhensible puisque le bailleur, tout comme le jeune colocataire, y trouve son compte. Pour le premier, c’est une façon de briser la solitude et d’avoir « à disposition » une personne qui pourrait l’aider dans diverses tâches ménagères. Pour le jeune, souvent étudiant, l’avantage financier est le plus important puisque le loyer peut être dérisoire, une centaine d’euros, ou même inexistant, pour une surface très convenable. Leur seule contrainte est de comptabiliser des heures de présence au sein du logement et de s’acquitter de quelques tâches domestiques. Ce type de colocation est aussi une manière de se découvrir une empathie pour les personnes du troisième âge.

La colocation le temps des vacances séduit de plus en plus

En plus de l’argument économique, la convivialité est en cause dans l’augmentation des prétendants à la colocation de vacances. C’est un moyen de partir seul (sans sa famille et ses connaissances) sans avoir à supporter tout le poids des frais de logement. Les vacances sont des moments privilégiés pour se faire de nouvelles connaissances et la colocation augmente les chances de se faire de nouveaux amis. Cette cohabitation permet d’occuper un espace plus grand, plus joli et plus agréable qu’une chambre d’hôtel sans avoir à débourser une somme importante puisque le coût sera réparti entre les cohabitants.

Archives mensuelles : mai 2015

La colocation à Clermont-Ferrand

Colocation à Clermont-Ferrand
Ville étudiante, Clermont-Ferrand compte de nombreux logements adéquats pour une colocation. Ces biens immobiliers comprennent aussi bien des appartements que des maisons et des pavillons.

Particularités et atouts de la ville de Clermont-Ferrand

La ville de Clermont-Ferrand telle qu’on la connaît aujourd’hui est née au XVIIe siècle, à partir de l’union de la localité de Clermont avec celle de Ferrand. Ce chef-lieu de la région d’Auvergne compte quelque 138.992 habitants parmi lesquels 35.000 étudiants en moyenne. L’économie et le secteur de l’emploi dans la commune peuvent compter sur la participation de l’entreprise Michelin qui y a implanté son usine. Clermont-Ferrand est aussi une ville culturelle où se déroulent des événements cinématographiques (festival du court-métrage par exemple) et musicaux (comme le jazz en fête).

La cité abrite plusieurs grandes écoles et universités : Université Blaise Pascal, Université d’Auvergne, Université de Clermont, Polytech Clermont-Ferrand… La présence des étudiants lui apporte tout naturellement un cachet vivant et dynamique. Pour rendre la ville encore plus attrayante, le réseau de transport a été enrichi avec des lignes de tramway. La gare a aussi connu un réaménagement.

Ce qu’il faut savoir sur le marché locatif de Clermont-Ferrand

A Clermont-Ferrand, 65% des habitants sont locataires selon les chiffres dévoilés par l’INSEE pour l’année 2014. Ceux qui choisissent de s’installer dans le Puy-de-Dôme ont une préférence pour cette ville. Les petites surfaces constituent un peu plus de la moitié du parc locatif de la ville, à raison de 54%. Les appartements de type T2 jusqu’à T5, qui conviennent pour une colocation, sont presque aussi nombreux avec un pourcentage de 45,5%. Ils sont proposés pour un loyer de 558 € en moyenne, charges comprises. Les très grands appartements sont accessibles pour 687 € approximativement. Les maisons ne représentent que 0,62% du parc, un cas typique des grandes villes, et les loyers sont à quelque 765 €.

Un tour d’horizon de quelques localités permet d’évaluer les loyers qui s’appliquent à Clermont-Ferrand. Avec ses 456 € en moyenne, il se situe au même stade que l’Auvergne et ce tarif n’est que la moitié des prix proposés à Paris. La moyenne nationale est de 614 €.

Quels quartiers privilégier ?

Les quartiers où il y a le plus de chances de trouver des biens qui conviennent pour une colocation sont ceux situés proximité des places Dellile et Jaude, sur le haut du boulevard Trudaine, aux Salins, et bien sûr dans la zone qui jouxte le quartier des facs, notamment sur le boulevard François Mitterrand. Les tarifs y sont assez élevés, mais deviennent accessibles lorsqu’ils sont partagés entre les colocataires. Ces quartiers du centre-ville sont appréciés pour l’ambiance animée qui y règne et la proximité avec les différents organismes publics.

Pour des tarifs plus accessibles, il est préférable de se tourner vers les quartiers du nord de Clermont-Ferrand. Les biens qui s’y trouvent sont plutôt de type pavillon, et conviennent aux familles qui décident de co-louer. Dans cette zone, les prix les plus attractifs sont ceux pratiqués à La Glacière et Champradet. Avec ses espaces verts, sa mixité sociale et sa ligne de tramway, la Croix-de-Neyrat séduit.

Le sud de la ville est un ensemble de plusieurs quartiers qui diffèrent par leur architecture qui va des grands immeubles aux résidences pavillonnaires. La zone abrite quelque 15.000 habitants et affiche des loyers abordables.

Archives mensuelles : mai 2015

La colocation de bureau : principe, avantages et inconvénients

colocation de bureau
La colocation ne se limite plus au partage d’appartement. Le concept s’étend aujourd’hui à la colocation de bureau et de plus en plus d’entrepreneurs y sont réceptifs. En quoi consiste-t-elle ? Quels en sont les avantages et inconvénients ? Nos réponses.

Les principes de la colocation de bureau

La colocation de bureau, plus connue sous le terme « coworking », consiste à partager un local professionnel avec d’autres entrepreneurs. Il faut souligner qu’il n’est pas obligatoire que les activités relèvent du même secteur pour pouvoir partager un bureau. Le coworking peut par exemple réunir un styliste, un graphiste freelance et un développeur web.

Deux principaux cas de figures de coworking peuvent se présenter :
– deux ou plusieurs entrepreneurs décident de louer ensemble un local professionnel, mais chacun aura son bureau.
– une société dispose d’un espace ou de bureaux vides qu’elle souhaite optimiser en la louant à d’autres professionnels.

Il se peut aussi que le propriétaire du local met à la disposition de quelques professionnels son espace pour des besoins ponctuels. Dans ce cas, il s’agira d’une location à l’heure, à la journée, à la semaine, au mois ou à l’année.

Les avantages du coworking

Le premier avantage est certainement la réduction des charges financières. En effet, les coûts seront moindres en ce qui concerne les équipements, car tout est une question de partage. Chacun peut utiliser l’imprimante, la photocopieuse, la machine à café et autre matériel présents sur les lieux. Ce qui évite d’investir.
Ensuite, les charges relatives au loyer, à la consommation d’eau et d’électricité se trouveront considérablement réduites, car elles seront aussi partagées.

Un autre avantage du coworking réside dans le partage d’expériences et de savoir-faire, la création de réseau. En effet, les pauses café et les événements organisés sur place sont autant d’opportunités pour échanger avec d’autres professionnels.

Le coworking peut aussi se traduire par une accessibilité à des compétences complémentaires en cas de doute : avis extérieur, conseils,… C’est également un excellent moyen de tisser des liens avec d’autres entrepreneurs, de mettre en place des projets de partenariat ou encore de développer son portefeuille clients.

Enfin, la colocation de bureau offre une flexibilité en fonction de la formule de location choisie. En effet, les colocataires sont libres de louer pour une durée limitée (essentiellement pour les sociétés qui n’ont pas la possibilité de se projeter sur une longue période), de façon ponctuelle (besoin d’espace pour recevoir des clients ponctuellement) ou sur une longue durée.

Les inconvénients de la colocation de bureau

Ce concept n’est pourtant pas dénué d’inconvénient. Le plus couramment évoqué est le souci de confidentialité puisque certaines activités sont soumises à des règles de confidentialité très strictes. En outre, certains travailleurs se plaignent de manquer de concentration, puisque la plupart du temps, le coworking se déroule en open space.

Dans tous les cas, c’est une excellente formule pour débuter en tant que freelance, surtout si l’on travaille seul sur un projet et que l’on a un budget assez serré.

Archives mensuelles : mai 2015

La colocation au Mans

le mans
Seconde ville verte française, Le Mans est aussi une ville d’histoire et une localité dynamique. Le parc locatif y est assez important et inclut des biens qui conviennent pour une colocation.

Qu’est-ce qu’il faut savoir sur Le Mans ?

Le Mans est célèbre pour la course automobile mondialement connue, les 24 Heures du Mans, qui se tient le deuxième week-end du mois de juin. Cet événement sportif n’est pas le seul attrait de la ville. Un séjour dans la localité équivaut à un plongeon au cœur de la Sarthe (le Mans est d’ailleurs la première ville du département avec ses quelque 143.357 habitants). Le Mans est une ville dont le patrimoine relate une partie de l’histoire des Pays de la Loire. La Cité Plantagenêt est une véritable icone en la matière avec ses maisons à pans de bois, ses hôtels Renaissance et son tunnel créé à la fin du XIXe siècle. Les nombreux espaces verts (en moyenne 63 m3 de verdure par habitant) en font un endroit où il fait bon vivre et place la ville en deuxième position parmi les localités les plus vertes de France.

Quel budget pour le loyer ?

Comme Le Mans est la métropole la plus importante de la Sarthe, il n’est pas étonnant que les demandes en termes de location y soient les plus nombreuses, à raison de 76% de l’ensemble du département. Ce chiffre a été évoqué par LocService.fr en marge du Salon Immobilier et Maison Neuve de la Sarthe en novembre 2014. Cette forte demande influe sur les tarifs affichés qui ont connu une augmentation de 1,56% en moyenne pour les petits logements. Les appartements de type T2 à T5 ont par contre été épargnés par cette inflation, et les prix pratiqués connaissent même une baisse de 2,57%, loyer et charges comprises. En moyenne, le loyer est de 501 € (contre 691 € au niveau national). En cause, une diminution notable de la mobilité des locataires due au chômage, le climat politique et la baisse générale du pouvoir d’achat. Cette diminution des loyers pour ce type de logement est une véritable chance pour ceux qui souhaitent s’installer en colocation.

Pour ce qui est des maisons, l’offre est faible puisqu’elle ne représente que 2,29% du parc privé. Les types de biens, qui vont du F2 au F5, sont proposés à un loyer avoisinant les 752 €. Ce loyer devient abordable lorsqu’il est réparti entre plusieurs colocataires.

Où s’installer pour une colocation au Mans ?

D’emblée, il convient de préciser que la ville du Mans se divise en six secteurs (Centre, Nord-Ouest, Nord-Est, Sud-Ouest, Sud-Est et Est). Le centre, et plus particulièrement la partie qui se trouve à proximité du Jardin des Plantes, non loin du centre-ville, abrite les biens immobiliers les plus chers, mais de très bonnes factures.

Le prix est certes un critère essentiel pour choisir le quartier où s’établir. Mais d’autres paramètres sont également à prendre à compte. Le centre-ville est intéressant pour ceux qui préfèrent s’installer dans un quartier à l’ambiance conviviale et dynamique. À condition de s’accorder du temps pour les recherches, il n’est pas impossible d’y trouver un bien de caractère, suffisamment grand pour une colocation et à prix abordable. Ceux qui ont une préférence pour les maisons avec jardin chercheront plutôt en périphérie de la ville. Cette zone est aussi celle qui regroupe le plus grand volume d’espaces verts.

Archives mensuelles : mai 2015

Trouver une colocation : les clés d’une annonce efficace

trouver une colocation
Pour remédier à la hausse du loyer sur le marché immobilier, la colocation est devenue un mode de vie très courant. Mais trouver une colocation ou un colocataire avec qui le courant passera rapidement est souvent le plus difficile. Tout commence par la rédaction d’une annonce efficace et percutante.

Définissez vos besoins le plus précisément possible

Dans votre annonce, soyez le plus précis possible en ce qui concerne vos attentes :

– Êtes-vous à la recherche d’une colocation en maison ou en appartement ?
– Quelles sont vos exigences minimales par rapport au local : exigez-vous des salles de bain séparées ou n’avez-vous aucune réticence à la partager avec votre colocataire ? Superficie minimale de la chambre libre ?
– Un bail unique au nom de tous les colocataires ou un bail individuel pour chaque colocataire ?

Décrivez le profil du colocataire avec qui vous souhaitez emménager

Ensuite, définissez le profil idéal de votre futur colocataire. Pour cela, certains critères doivent être pris en considération.

– Choisissez une personne dont les principaux centres d’intérêt concordent avec les vôtres ou du moins s’en rapprochent. Vous aurez plus de chances d’avoir des candidats ayant un mode de vie plus ou moins similaire au vôtre. En effet, il serait difficile pour un musicien de partager le même appartement qu’un étudiant en droit qui a souvent besoin de calme et de concentration.

– Énumérez vos principaux caractères pour espérer retenir l’attention des personnes ayant la même personnalité que vous. Ensuite, vous pouvez très bien rechercher votre futur colocataire sur la base du niveau de revenu. Dans ce cas, préférez un colocataire dont le niveau de revenu serait à peu près le même que le vôtre.

– Il apparaît parfois opportun de mentionner les habitudes et le rythme de vie qui vous animent au quotidien : êtes-vous fumeur ? aimez-vous inviter des amis ? ce que vous ne supportez pas chez les autres, etc. Bref, toutes les informations que vous jugez utiles. Cela permettra aux lecteurs d’avoir une idée de ce qui peut éventuellement les attendre. Une règle d’or : soyez sincère !

Publiez votre annonce sur des supports spécialisés dans le domaine

Faire une annonce, c’est bien. Mais encore faut-il savoir choisir les bons supports où l’insérer. Aujourd’hui, de nombreux sites Internet se sont spécialisés sur la colocation. Ces sites sont plus sérieux et vous aurez moins de chance de tomber sur des arnaqueurs. Par ailleurs, le recours à ce genre de sites permet de faire des recherches beaucoup plus affinées. On peut par exemple trier les annonces en fonction de la cible (étudiants, grand public, personnes âgées, etc), du type de bien, etc. D’autres plateformes proposent entre autres la possibilité de s’abonner pour une durée déterminée. Cela permet notamment d’avoir accès à toutes les annonces sur le site.
Par ailleurs, il existe aussi aujourd’hui des magazines consacrés à la colocation. En insérant votre annonce dans un tel support, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour trouver chaussure à vos pieds.

Archives mensuelles : mai 2015

Colocation à l’étranger : les précautions à prendre

colocation à l'étranger
La colocation en soi est déjà un concept quelque peu compliqué à gérer au quotidien. Mais les malentendus sont d’autant plus fréquents dans le cadre d’une colocation à l’étranger. Comment s’y prendre ? Quelques précautions s’imposent pour que la colocation soit une réussite ? Nos réponses.

Bien choisir son colocataire à l’étranger

Que l’on parte étudier à l’étranger ou que l’on soit en mission professionnelle, la colocation représente toujours une solution d’hébergement économique. De plus, cela permet de tisser de nouveaux liens sur place, surtout quand on ne connaît pas son pays ou sa ville d’accueil. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il faut accepter n’importe quel colocataire, surtout quand on doit s’installer à l’étranger.

Pour qu’une colocation se déroule dans les meilleures conditions possible, il faudrait déjà dans un premier temps bien choisir avec qui vous allez emménager. L’idéal serait de choisir une personne avec qui vous aurez un maximum d’intérêts communs. Lors de vos recherches, optimisez vos champs de recherches : votre personnalité, vos centres d’intérêts, ce que vous ne supportez pas chez les autres…

La fluidité de la communication peut aussi constituer un autre critère de recherche. En effet, s’il faut s’installer à l’étranger, il est préférable de vivre avec un natif. Cela vous permettra de mieux pratiquer la langue de votre pays d’accueil. Veillez donc à choisir un colocataire qui sera prêt à s’investir sur ce point, à vous apprendre sa langue et sa culture. Autrement, les échanges risqueraient de se faire rares entre vous.

Définir des règles de vie commune

Pour que la colocation soit une réussite, les règles de vie doivent être définies d’un commun accord.

Règle nº 1 : Il est très important de définir noir sur blanc dans un contrat quels sont les droits et obligations de chacun des colocataires. N’hésitez pas à établir un état des lieux à la conclusion du contrat. Déterminez également sous quelles conditions on peut mettre fin à la colocation (causes probables, durée de préavis, etc).

Règle nº 2 : Le respect par l’un des us et coutumes de l’autre figure certainement parmi les secrets d’une colocation réussie lorsqu’elle implique deux ou plusieurs cultures différentes. Ce point peut constituer une véritable source de discorde et mérite que l’on y accorde une attention particulière.

Règle nº 3 : Les colocataires doivent se mettre d’accord dès le début sur le partage des frais, des tâches ménagères, le respect des espaces privatifs (et donc de l’intimité) de chacun. En ce qui concerne le mode de vie, définissez par exemple la durée d’occupation de la salle de bains chaque matin, la possibilité d’avoir des animaux domestiques, définissez les espaces fumeurs et non-fumeurs, le nombre maximal toléré d’invités ainsi que la fréquence des invitations, etc.

Les qualités à avoir

Une colocation à l’étranger peut constituer une véritable expérience humaine et culturelle à condition d’y mettre un peu du sien. Pour contribuer à sa réussite, voici les qualités à avoir absolument :

– La communication et la franchise : Il faudrait que chacun soit accessible et puisse s’exprimer ouvertement lorsqu’il y a des points à mettre au clair.

– L’ouverture d’esprit : La colocation, c’est aussi savoir accepter (supporter) par moment les défauts de l’autre. Et si vraiment quelque chose vous chiffonne, abordez le sujet avec diplomatie en évitant d’agresser votre colocataire avec vos propos.