Les Colocataires, comédie de Paris

Location meublée : plus intéressante qu’un bail classique ou pas ?

Location meublée
La location meublée s’adresse principalement à une catégorie de personnes : étudiants, personnes en transit personnel ou professionnel ou encore des jeunes qui quittent le domicile parental et qui n’ont pas de quoi investir dans du mobilier. Mis à part le fait que le meublé est avant tout très fonctionnel, il présente d’autres atouts.

La durée du bail et du préavis

Pour un meublé, le bail est conclu un an renouvelable par tacite reconduction. Si le locataire est étudiant, la durée minimale du bail est de neuf mois, et la tacite reconduction ne s’applique pas. La fréquence de ce turn-over est particulièrement intéressante pour ne pas avoir à supporter un locataire contre lequel le bailleur n’a pas assez de motifs légaux pour une résiliation avant le terme du contrat de bail.

Le préavis, s’il est signifié par le bailleur, doit être communiqué trois mois avant la fin du bail (contre six mois pour une location nue). Le locataire, quant à lui, peut signifier un préavis un mois avant le terme du bail.

La non-application du droit au maintien dans les lieux

Même sans préavis, le propriétaire peut toujours proposer au locataire de renouveler le bail en y intégrant de nouvelles conditions liées au loyer et aux charges, par exemple. Le locataire peut refuser de signer le contrat, et doit donc quitter les lieux. Dans ce cas, cependant, il ne peut opposer à son bailleur un droit au maintien des lieux. Le bailleur est ainsi protégé en cas de litige.

Le régime fiscal avantageux

Dans le cadre d’une location meublée, les loyers perçus par le bailleur sont assimilés à des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux). Dans ce sens, si le montant n’excède pas les 32.000 € HT annuels, le bailleur bénéficie d’un abattement fiscal de 50 %.

Le propriétaire peut même être exonéré d’impôt s’il occupe une partie du logement mis en location à titre de résidence principale. Il en va de même s’il comptabilise des revenus locatifs raisonnables, de l’ordre de 184 €/m2/an en Île-de-France et 135 €/m2/an dans les autres régions en 2016.

La jouissance d’un logement « tout prêt »

C’est un avantage pour les locataires. Le décret du 5 août 2015 spécifie clairement que le logement doit être équipé d’un mobilier minimum obligatoire. Ceci inclut des exigences pour la chambre à coucher (literie, couverture, occultation des fenêtres…), pour la cuisine (plaque de cuisson, four micro-ondes ou classique, réfrigérateur, vaisselle, mobiliers et étagères de rangement…) et pour l’ensemble du logement (luminaires, matériel d’entretien…). D’une manière générale, il est indispensable que le bailleur mette à disposition du locataire un logement décent, lui permettant de dormir, de manger et de vivre de manière décente.

Grâce à ces équipements, le locataire n’aura pas de budget à prévoir à part le loyer. En effet, il s’évite les frais de déménagement, puisqu’il n’y aura pas de mobilier à déplacer d’un logement à un autre.

Comme les équipements sont déjà vérifiés fonctionnels, il n’est pas nécessaire de prévoir, au moment de l’entrée dans les lieux, des travaux de réparation quelconque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *