Les Colocataires, comédie de Paris

Les profils de colocataires à écarter lors de la sélection

Sélection colocataires
Au moment de constituer une colocation, il est important de sélectionner les personnes avec lesquelles cohabiter. Cette cohabitation peut durer sur le long terme, c’est pourquoi il faut bien s’entourer. Petit aperçu des candidats à éviter pour espérer vivre tranquillement.

Celui pour qui le partage n’a aucune limite

L’un des maîtres mots de la colocation, c’est qu’il y est question de partage. Ce partage inclut principalement les charges financières et la réalisation des tâches ménagères. Si, au moment de l’entretien de sélection, le candidat étend ce partage à l’espace privatif de chacun, il est préférable de l’écarter. Si pour lui, le fait de partager ou de se prêter sans cesse des vêtements, des produits cosmétiques ou d’autres biens personnels ne pose aucun problème, ce n’est certainement pas un bon colocataire.

Celui dont l’avarice est le vice

Outre le loyer et les charges, la colocation peut aussi inclure des dépenses communes telles que l’achat de produits ménagers, ou de tout ce qu’il faut pour un brunch du dimanche agréable entre colocataires. Celui qui préfère se soustraire à ce genre de dépenses et qui, dès la sélection, n’en voit pas du tout l’utilité serait à écarter.

Celui qui ne comprend pas le sens du mot concession

Qui dit colocation dit aussi concession. Il importe, au moment de l’entretien d’un prétendant à la colocation, d’aborder ce point. Chaque colocataire arrive avec ses habitudes et ses attentes. Et une mise en commun de tous ceux-ci implique de devoir en laisser certains de côté afin que règne une bonne harmonie au sein du logement. Autrement, les disputes et mésententes sont inévitables, et c’est un risque à éviter avec autant d’anticipation que possible.

Le candidat qui peut très bien se contenter d’un ménage par trimestre

Et justement l’une des causes de discorde les plus fréquentes, c’est le ménage. En arrivant chez soi après une journée de dur labeur, c’est toujours agréable de se retrouver dans un logement douillet et qui sens bon le propre. Si, au contraire, la poussière a inondé le logement et si les magazines et autres linges sales jonchent le sol, il n’est pas rare que les disputes éclatent. Il est donc important de savoir, dès l’entretien, si pour le candidat, l’ordre et la propreté ont un sens, et dans l’affirmative, quelle en est l’étendue.

Le fêtard par excellence

La colocation implique de devoir partager un espace avec plusieurs personnes qui n’ont pas forcément des goûts, des qualités ou des défauts en commun. Cependant, entre des caractères aux antipodes les uns des autres, il y a peu de chances que la colocation marche. Et s’il y a un autre sujet qui fâche, c’est le fait d’inviter une dizaine d’amis dans la colocation pour une fête improvisée tous les week-ends, alors que les autres cohabitants ont prévu de passer une soirée tranquille ou de réviser pour l’examen de l’année.

Le problème avec le fêtard, c’est qu’il dérange la colocation, d’une part, et d’autre part, les nuisances troublent le voisinage, ce qui constitue un risque pour les colocataires qui n’y sont pour rien dans le tapage nocturne.

Le candidat qui ne présente aucune garantie financière

Et bien sûr, si un candidat semble ne pas pouvoir s’en sortir avec sa quote-part de loyer mensuel, et qu’il n’est pas à même de présenter une caution fiable, il est recommandé de passer à un autre candidat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *