Archives pour la catégorie Trouver une colocation

Retrouvez ici l’ensemble des articles izroom proposant des astuces pour trouver une colocation.

Savoir décrypter les annonces de colocation

Annonce colocation
Ce n’est pas toujours facile de faire le tri parmi les nombreuses annonces publiées quotidiennement quand on recherche une colocation. Le jargon utilisé n’est pas non plus toujours facile à décrypter. Il faut alors savoir lire entre les lignes, et surtout faire attention aux petits détails mentionnés dans les annonces.

Les sigles et abréviations à connaître

Les annonces pour une colocation contiennent des informations qui ne sautent pas forcément aux yeux. Les sigles et les abréviations peuvent paraître rébarbatifs. Avec l’habitude, ils permettent de mieux comprendre le secret de ces annonces. Quelques exemples couramment utilisés :
– appt : pour appartement
– asc : pour l’existence d’un ascenseur dans le bâtiment
– cc : signifie que les charges sont comprises
– disp : vous informe de la disponibilité des lieux
– et : indique que l’appartement ou la chambre se situe à l’étage
– pft ét : vous notifie que les lieux sont en parfait état
– prox : ce sigle vous permet de savoir que la colocation est à proximité des commodités, ou des moyens de transport entre autres.
– sdb et sde : la colocation possède une salle de bain ou une salle d’eau

Les informations trompeuses

Il faudra tenir compte des informations peu explicites. Ainsi, si l’annonce stipule que le logement est perché, il faudra comprendre qu’il se trouve au dernier étage d’un immeuble et qu’il n’y a sans doute pas d’ascenseur pour y accéder. Lorsqu’il est dit que la colocation est à rafraîchir, pensez que des travaux sont à prévoir et que ceux-ci peuvent être plus ou moins importants. Souvent l’adresse n’est pas mentionnée, vous devez donc vous attendre à vous retrouver dans des quartiers peu recommandables ou bruyants par exemple. Les annonces occultent souvent la question des toilettes. Celles-ci peuvent être en mauvais état ou situé à un endroit peu conventionnel.

Les futurs colocataires et leurs modes de vie

Les informations données sur les colocataires sont également à examiner avec attention. Il est important de se pencher sur les détails. Une annonce déclare qu’un colocataire n’est pas maniaque du rangement, vous comprendrez qu’il est désordonné. Pour être sûr de cohabiter avec des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt, il faut vous renseigner sur leur mode de vie.

Les détails sur le logement proposé en colocation

Certains renseignements portant sur le bien proposé en colocation doivent être clairs et précis. C’est le cas de la superficie du logement, du nombre de pièces dédiées aux colocataires (et donc du nombre de colocataires prévu), et des parties communes.

Avant de se décider pour une colocation plutôt qu’une autre, plusieurs informations doivent être scrutées avec attention. La question du loyer est primordiale. Il faut s’assurer que ce loyer convient à la superficie du bien, s’il est en adéquation avec les loyers en vigueur dans le quartier et s’il comprend les charges ou pas.

Les photos pour avoir une idée de la maison

Autre détail capital, la photo accompagnant l’annonce. Le visuel est pour beaucoup un paramètre de choix. Il ne faut cependant pas se laisser séduire sans effectuer une analyse préalable. Une fenêtre avec rideau tiré peut indiquer que le vis-à-vis de l’appartement n’est pas agréable à regarder. Certains éléments peuvent être le signe d’un manque de rangements dans la pièce. Si la cuisine n’est pas montrée, elle n’est sans doute pas très fonctionnelle ou trop petite.

10 raisons de choisir la colocation après avoir quitté le nid familial

intégrer une colocation

intégrer une colocation


Après avoir longtemps vécu chez papa et maman, on appréhende souvent la séparation et le fait de vivre seul. Commencer par la colocation est alors une bonne façon de se sentir indépendant sans pour autant vivre dans la solitude. Voici 10 bonnes raisons de sauter le pas lorsque vous décidez de quitter le nid familial.

1- Se sentir libre sans être seul

Se lancer seul dans une vie d’adulte n’est pas toujours facile. En quittant les parents pour s’installer avec des copains ou de nouveaux amis est une transition qui permet de se sentir libre tout en continuant à pouvoir compter sur d’autres personnes en cas de besoin.

2- Être bien entouré

Comme chez les parents, il peut arriver des moments où le besoin de discuter avec une oreille attentive se fait sentir. Et justement, les colocataires ont souvent cette capacité à être présents pour l’un des leurs.

3- Devenir de plus en plus autonome

Si certaines tâches ménagères continuent à exister en colocation (la vaisselle doit continuer à se faire), le sentiment d’autonomie est bien présent. Il appartient à chaque colocataire de mener son planning et de s’organiser comme bon lui semble.

4- Payer un loyer raisonnable

Chez les parents, il n’y avait aucun budget à prévoir pour le loyer. Dans une location classique, ce budget est plus élevé qu’en colocation. Ce mode de logement se présente encore comme une transition adéquate.

5- Apprendre à vivre seul

La colocation est aussi un bon moyen d’apprendre à vivre seul. C’est un environnement où les parents attentionnés laissent la place à des colocataires bruyants et chahuteurs qui ne respectent pas toujours forcément les heures de sommeil et de tranquillité de chacun.

6- Assimiler la notion de partage

Vivre en colocation est une occasion de redéfinir la notion de partage équitable. Il y est question de partager le loyer et les charges, certes. Mais c’est aussi une occasion de savoir partager le budget relatif aux différentes autres consommations, comme internet, les produits d’entretien et autres courses communes. Chaque colocataire doit apprendre à consommer à la mesure de ce qu’il est prêt à dépenser.

7- Apprendre à demander et à rendre service

Si pour certains, demander de l’aide est d’une facilité infantile, pour d’autres, c’est un besoin très difficile à exprimer. Dans le cocon familial, les appels à l’aide s’adressaient plus souvent à la fratrie. En colocation, les cohabitants s’y substituent.

8- Savoir s’adapter à de nouvelles règles

Les règles qui s’imposaient chez les parents sont celles qui ont été respectées depuis environ une vingtaine d’années. Il est temps d’en changer et de s’adapter à d’autres dispositions, sans que le changement ne soit radical et perturbateur. Encore une fois, c’est une assimilation qui évolue en pente douce.

9- S’adapter à la vie en communauté

Sortir du cocon familial, c’est aussi faire un pas vers un autre univers. La colocation facilite ce passage. Tisser de nouveaux liens, apprendre à vivre avec d’autres personnes et faire des concessions aident forcément à grandir.

10- Se découvrir de nouvelles passions

De cette nouvelle cohabitation découlent des liens d’amitié. Comme chaque colocataire a ses centres d’intérêt et ses passions, il devient tout à fait possible de se découvrir soi-même de nouveaux hobbies.

La colocation dans l’Ain

colocation ain
L’Ain est composé de quatre régions naturelles, à savoir Bugey, Bresse, le Pays de Gex et Dombes. Riche 419 communes, ce département compte parmi ses villes l’une des plus chères de France pour ce qui est de la colocation.

L’Ain en chiffres

Les communes de l’Ain forment un quadrilatère situé dans l’Est de l’Hexagone. Ce département est traversé de part en part, et du nord au sud, par la rivière éponyme. Ses quelque 629 786 habitants sont répartis sur 5 762 km2, ce qui donne une densité de 89 habitants au kilomètre carré. L’Ain s’arrête aux portes du Jura et inclut trois points culminants. Le plus imposant, baptisé le Crêt de la Neige, atteint les 1 718 m. Pour l’ensemble du territoire, la température annuelle moyenne est de 11°C.

Le marché de l’immobilier dans l’Ain

Que vous soyez un nouvel arrivant dans l’Ain ou que vous y soyez déjà installé, mais êtes désireux de vous établir en colocation, vous trouverez ce qu’il vous faut parmi les villas, les appartements ou encore les chalets qui constituent le parc locatif privé du département. Des fermes aux duplex, le choix est vaste, et tout dépendra de l’emplacement que vous recherchez et du nombre de personnes qui constitueront votre colocation entre autres paramètres.

Pour ce qui est du prix de l’immobilier, les valeurs varient d’une ville à une autre. Ainsi, à Revonnas, Châtillon-sur-Chalaronne et Bâgé-la-Ville par exemple, les prix sont à la hausse, allant jusqu’à 2 043 € le mètre carré à la vente. Dans les localités comme Polliat et Montrevel-en-Bresse, ils connaissent une baisse.
Gex, une des grandes villes de l’Ain, devance Paris pour ce qui est des tarifs de la colocation. En moyenne, chaque colocataire s’acquitte d’une quote-part de 600 € mensuels (contre 562 €/mois à Paris ou 504 €/mois à Cannes). À Gex, comme dans l’ensemble du pays, la colocation étudiante gagne du terrain. Ceci ne constitue cependant pas un frein pour les autres types de colocataires, comme les familles monoparentales, les séniors qui hébergent des jeunes ou encore les jeunes actifs.

L’attrait des grandes villes de l’Ain

Le coût élevé qui y est pratiqué s’explique en partie par l’environnement particulièrement agréable du Pays de Gex. Avec la Suisse à proximité et les montagnes du Jura toutes proches, cette zone est assimilée à un écrin de verdure propice aux activités de plein air. Toujours dans un cadre où la nature a conservé une place aussi importante, Bugey est une autre localité de l’Ain qui a tout pour plaire. Si vous y vivez déjà, vous avez sûrement dû vous en rendre compte. Forêts et vignobles s’y côtoient, ce qui ferait un endroit idéal pour vos sorties entre colocataires.

Dombes abrite un certain nombre de lacs, de rivières et d’étangs. Ici encore, votre colocation a largement le choix en ce qui concerne les activités communes. Bresse, une autre grande ville de l’Ain, est connue sur l’ensemble du territoire français et même au-delà pour son poulet aux pâtes bleues. Il a toute sa place à votre table lors des dîners qui rassemblent périodiquement votre colocation.

La colocation à Perpignan

Colocation Perpignan
Commune du Languedoc-Rousillon, Perpignan est la préfecture du département des Pyrénées-Orientales. Son architecture et le tempérament des Perpignanais sont fortement marqués par son statut de capitale du Royaume de Majorque. Partie catalane de la France, la ville affiche fièrement de nombreuses similitudes avec sa cousine espagnole.

Un climat qui fait des envieux

Si avec vos colocataires, vous avez opté pour un logement avec terrasse ou jardin, dès le mois d’avril, les soirées barbecue et les journées bronzettes sont possibles. Dès le printemps, les températures sont très agréables. En été, la chaleur associée à la tramontane crée un microclimat estival très doux. Vous vous mêlerez alors aux milliers de touristes qui viennent à Perpignan pour en profiter. En hiver, où la période de gelée atteint très rarement une vingtaine de jours, la ville est à nouveau déserte.

Perpignan, son hospitalité et sa gastronomie catalanes

Contrairement aux festivités, à l’animation et à la joie qui règnent pendant la période estivale, les hivers perpignanais sont nettement plus calmes. La chaleur provient alors de l’hospitalité de ses habitants, qui reflète leur côté catalan. Ouverts d’esprits, très gentils, bons vivants, toujours disposés à faire la fête… vous vous reconnaîtrez sans doute si vous êtes originaire de cette localité. Dans le cas contraire, vous aurez l’occasion de partager le quotidien de cette population facile à vivre.

Perpignan se démarque aussi par sa grande mixité sociale, très notable dans certains quartiers comme celui de Saint-Jacques. En vous y installant en colocation, vous découvrez les spécificités des cultures maghrébines, portugaises, italiennes et, bien sûr, espagnoles.

Perpignan partage avec sa cousine espagnole plusieurs spécialités gastronomiques. Sur les cartes des nombreux restaurants de la ville, vous trouverez la paëlla, la tortilla et le chorizo. Les boles de picolat, un peu moins connus, mais tout aussi typiques, sont un mélange de viande de porc et de bœuf, d’œufs et de mie de pain préalablement trempée dans du lait, assaisonné de persil frais. Une sauce à l’huile d’olive et aux cèpes vient relever le tout. Les fruits de mer, et plus précisément, les gambas, sont à l’honneur avec les encornets farcis, qui sont encore plus délicieux avec du jambon Serrano. Pour vos traditionnels dîners entre colocataires, la table a toutes les chances d’être bien fournie avec ces spécialités du pays.

Dans quels quartiers s’établir ?

Si vous êtes de ceux qui apprécient le centre-ville pour son côté animé, son dynamisme et sa multitude de commerces de proximité, sachez que cette généralité ne s’applique pas à Perpignan. Le centre-ville s’est vidé de ses commerces au fil des années depuis à peu près cinq ans. Toutefois, des aménagements ont été effectués, notamment du côté de la Place de Catalogne et du Vieux Théâtre de la Place de la République. Vous êtes ainsi aux premières loges pour diverses animations culturelles.
Dans la zone nord, et particulièrement dans le quartier du Vernet, vous n’aurez pas beaucoup de mal à trouver le bien qui vous intéresse pour une colocation, que ce soit une villa avec jardin ou un grand appartement. Le parc privé y est assez bien fourni, même si la demande est toujours plus importante que l’offre.
Les zones sud et sud-est correspondent aux zones résidentielles. Les tarifs y sont particulièrement élevés, mais en vous installant en colocation, vous profitez d’un loyer raisonnable pour un environnement tranquille et agréable. De plus, vous avez le privilège de profiter de biens d’exception.

La colocation à Nancy

Colocation nancy
Ville fleurie et ville piétonne, Nancy séduit les nouveaux arrivants et fidélise ses habitants. En cause, entre autres, la place Stanislas, les zones de verdure et l’ambiance jeune et dynamique qui y règne.

L’essentiel sur Nancy

Ville du nord-est de la France, Nancy n’est qu’à une heure et demie de Paris, et à quelques encablures de la Belgique, de l’Allemagne et du Luxembourg. Riche de quelque 107.710 habitants (selon un recensement effectué il y a deux ans), la localité se place en seconde place parmi les villes de Lorraine d’un point de vue démographique.

Nancy est une ville universitaire qui abrite quelque 47.000 étudiants répartis sur les cinq universités, à savoir Nancy I et II, l’UHP, l’Université Henri-Poincaré et l’INPL. Les formations proposées sont largement diversifiées, pour inclure, entre autres, la chirurgie dentaire et la pharmacie, les facultés de droit et des lettres, les écoles d’ingénieurs et une institution polytechnique…

Cette ambiance jeune et universitaire atteint des pics à l’occasion des fêtes estudiantines telles que les 24 heures de Stan, les galas de faculté ou encore les Nocturnes Etudiantes. La vingtaine de boites de nuit et les 140 bars que compte l’agglomération contribuent à instaurer cette ambiance particulière.

Pourquoi s’installer et rester à Nancy ?

Pendant les hivers à Nancy, il n’est pas rare que le mercure descende jusqu’à -15 °C. La couverture par les transports en commun mériterait encore une amélioration, malgré la mise en place du tram. Si vous désirez louer dans du neuf et vous installer en location ou en colocation, la recherche risque d’être compliquée et il est conseillé de s’armer de patience. En effet, une vaste majorité du parc privé date du début du XXe siècle.

Pour évacuer le stress dû à la recherche de logement ou à d’autres facteurs, la place Stanislas vous invite à une évasion à travers l’histoire. Cette esplanade constituait la frontière entre la « Vieille-Ville » et la « Ville-Neuve », et doit son nom à un ancien roi de Pologne, Stanislas Leszczynski. Classée au patrimoine de l’UNESCO, la place a été complètement remise à neuf en 2005, et est devenue entièrement piétonne. La restauration a fait de la place l’une des plus belles au monde, avec des ornements identiques aux originaux.

La Place Stanislas n’est pas le seul ouvrage architectural nancéien qui a résisté au passage du temps. Les Places de l’Alliance et de la Carrière, les portes de Desilles et l’arc de triomphe menant au Palais du Gouvernement sont autant d’autres exemples.

Si vous êtes adeptes de la tranquillité et souhaitez respirer un bon bol d’air frais, les parcs de la Pépinière, Sainte-Marie et Olry vous attendent à proximité du centre-ville. La forêt de Haye est aussi un véritable havre de paix, où les pique-niques entre colocataires seraient les bienvenus. Toujours dans cette idée de passer du temps avec vos cohabitants, vous pouvez également programmer un week-end ski en période hivernale, puisqu’à une heure de Nancy, vous avez le choix entre de nombreuses pistes.

Focus sur quelques quartiers de la ville

Lorsqu’il s’agit de faire une colocation, le choix du logement et du quartier constitue un premier pas d’une grande importance. La Grande Rue vous conviendrait si vous ne pouvez vous passer d’un certain degré d’animation. Les rues parsemées de petits restaurants et de bars ainsi que la brocante mensuelle confèrent à cette zone une atmosphère suffisamment animée et assez bruyante.

Si par contre, vous préférez le calme et la tranquillité, la zone du Parc Sainte-Marie est faite pour vous. Y trouver un logement neuf, suffisamment grand pour accueillir la colocation, est sensiblement plus facile qu’ailleurs.

Dans les quartiers de Crosne, de Trois-Maisons ou de Vayringe, le calme est au rendez-vous, et la zone est suffisamment couverte par les commerces de proximité. Dans votre voisinage, vous aurez principalement des jeunes actifs.

La colocation à Rouen

colocation rouen
Rouen, avec un nouveau titre et la même joie de vivre, est une ville agréable à vivre. Pour ceux qui souhaitent s’établir dans cette commune sans pour autant exploser leur budget, la colocation reste une alternative très intéressante, en particulier pour les jeunes actifs.

Rouen, nouvelle capitale provisoire de la Normandie

Au détriment de Caen et du Havre, Rouen est depuis le 31 juillet 2015 la capitale provisoire de la région Normandie. Cette décision fait suite à une autre, prise le 20 novembre 2014, visant à faire de la France le pays aux 13 régions. Pour parvenir à cet objectif, il a été décidé qu’il n’y aurait plus de division en Haute et Basse Normandie, ces deux régions étant réunies en une seule. L’effectivité de cette réforme territoriale devra se faire dès janvier 2016.

C’est donc dans ce contexte qu’il a fallu décider quelle ville deviendrait capitale de la Normandie. Après de nombreux débats, Rouen et Caen se sont placés en favoris, mais cette dernière n’a pas pu ravir le titre.

Une ville tournée vers le passé et l’avenir

Malgré son nouveau titre, Rouen n’en demeure pas moins une ville où l’histoire est restée très présente. En témoigne l’obtention du label ville d’Art et d’Histoire. Ses maisons à pans de bois, l’abbatiale Saint Ouen ou encore sa cathédrale sont autant de fiers témoins. Même si les bombardements de la Seconde guerre mondiale ont eu raison de plusieurs dizaines d’édifices historiques, la « ville aux cent clochers » ne perd rien de son charme. Les amateurs d’histoire et d’objets anciens trouveront de quoi nourrir leur passion grâce aux nombreux commerces qui ornent le quartier des antiquaires.

Pour ses 111.557 habitants, la ville a d’autres atouts. À leur époque, Pissaro et Monet se sont inspirés des charmes de cette 12e ville de France. Les petites ruelles, tout comme les splendides paysages de verdure, se sont unis pour créer un tableau digne des plus belles cartes postales. Cette beauté se laisse découvrir à travers des randonnées en vélo, des moments en famille ou entre colocataires sur les bords de la Seine, ou encore une petite randonnée pédestre. La Forêt Verte, tout comme le Parc Naturel des Boucles de la Seine Normande et les nombreux autres jardins de ville, sont autant d’attraits.

De nombreuses infrastructures vous accueillent pour des parties de foot, de tennis ou de rugby, entre autres. Si vous êtes adeptes de sensations fortes, les descentes en canoë-kayak et les sauts en parachute sont d’autres possibilités. Pour donner agréablement suite à ces moments d’effort, retrouvez-vous autour d’un plat « terre-mer », à consommer avec un bon verre de cidre ou de calvados. Ceux qui ne peuvent succomber au chocolat, aux sucres de pomme et aux biscuits salés y trouveront aussi leur bonheur.

Rouen et sa rive gauche

Trop souvent, la rive gauche rouennaise est dénigrée pour être reléguée avec dédain à une banlieue d’ouvriers. Aujourd’hui, cette zone est hautement métissée pour y accueillir autant les jeunes et les séniors que les étudiants et les jeunes actifs. Il se crée alors une atmosphère où il fait bon vivre, ponctuée du marché bihebdomadaire, des nombreux commerces et de plusieurs boites de nuit. Les quais, la foire saint-romain et d’autres quartiers de la rive gauche sont tout aussi plaisants.

La colocation à Mulhouse

mulhouse colocation
Comme dans de nombreuses villes françaises, Mulhouse offre des opportunités aux candidats à la colocation. Zoom sur cette commune du Sud de l’Alsace.

Les bonnes raisons de s’installer à Mulhouse

En une quarantaine d’années, Mulhouse est passée de moins de 210.000 habitants à plus de 240.000 habitants. Sur ses quelque 239 km2, certaines personnes sont séduites par les nombreuses modifications qui y sont opérées pour améliorer la qualité de vie de la population. L’aménagement des rues piétonnes n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Le changement est un processus continu dont l’objectif est de rendre cette ville d’Alsace toujours plus attractive, de manière à mettre en exergue tout son potentiel.

Si pour certains, les origines très diversifiées de la population de Mulhouse rendent le développement et l’évolution de la ville beaucoup plus complexe, pour d’autres ce métissage est une véritable force. Il permet en effet d’accroitre le dynamisme de la localité. Sa proximité avec la Suisse et l’Allemagne ne fait qu’accroître cette énergie et la volonté de rester un pôle important de sa région. En raison de ce positionnement à la croisée des chemins, Mulhouse met un point d’honneur à faciliter les échanges grâce au développement de ses moyens de transport. C’est ainsi que la ville est reliée au reste de la France et de l’Europe grâce à l’autoroute, à l’aéroport et aux lignes de chemin de fer. Le réseau routier intramuros est également satisfaisant. Vous pouvez y circuler en bus ou en tramway, entre autres transports en commun.

Survol de quelques zones de Mulhouse

Si vous prévoyez de vous installer à Mulhouse, le quartier où poser vos valises revêt une grande importance. Si le centre historique ou le quartier de la gare figurent parmi les zones les plus sûres et de très bonnes fréquentations, les loyers y sont assez élevés, quand bien même vous décidez de vous établir en colocation. Les loyers sont nettement plus abordables du côté de La Fonderie et de Daguerre. Doller et Brustlein sont d’autres quartiers assez attractifs. D’une manière générale, s’établir dans la banlieue proche est une alternative d’intérêt. Bien sûr, il faudra faire preuve de persévérance pour trouver le logement idéal.

Mulhouse, opportunités et potentiel

Trouver l’appartement ou la maison qui vous convient, ce n’est pas tout. Vous êtes aussi peut-être à la recherche d’une voie pour un emploi ou une formation. Le Technopole de Mulhouse, à travers sa Maison du Technopole, est une alternative à retenir. Ce centre vient en appui aux startups, notamment celles qui cherchent à mettre en place des idées innovantes pour le développement de la localité. Les entrepreneurs qui ont eu la chance de voir leurs projets aboutir grâce à cet organisme ont à cœur de recruter parmi les jeunes mulhousiens, peut-être une porte ouverte pour vos colocataires et vous.

Si votre passion ou votre formation est plutôt axée dans le domaine des TIC, Mulhouse se présente en tant que tremplin ou une occasion d’amplifier vos acquis afin de faire de vous des e-entrepreneurs. C’est dans cette optique que KMØ Campus a vu le jour.

La colocation à Caen

colocation caen
La colocation est un mode de logement qui offre de nombreux avantages, notamment financiers. La ville de Caen dispose de nombreuses perspectives allant dans ce sens, et est particulièrement intéressante pour les étudiants.

La ville de Caen

Caen, avec ses quelque 108.365 habitants, est la commune la plus peuplée de son département, le Calvados. Cette ville, traversée par l’Orne, est le chef-lieu de la région Basse-Normandie, dans le nord-ouest de la France.
Cette localité a la particularité d’être accessible par divers moyens de transport. Un peu plus de 200 km la séparent de Paris, via l’autoroute. Entre la gare Saint-Lazare et celle de Caen, comptez deux heures. L’aéroport se trouve à dizaine de minutes du centre-ville. Pour relier Caen à Portsmouth, il faut six heures en ferries.
La municipalité de Caen ne se contente pas de vous mettre en relation avec les villes voisines. Elle met à votre disposition les moyens de communiquer avec le monde entier via Internet grâce aux zones WiFi gratuites. L’Esplanade Jean-Marie-Louvel, le Château de Caen et la cour Caffarelli sont quelques-unes de ces zones.

Pourquoi vous installer à Caen ?

Si pour vous, les zones WiFi gratuites ne sont pas un argument suffisant, sachez que la ville de Guillaume le Conquérant a d’autres atouts. Les quelque quarante églises qu’elle abrite lui ont valu d’être baptisée « ville aux cent clochers ». Son patrimoine historique a été bien conservé même s’il a été le théâtre de bombardements durant la Seconde Guerre mondiale. Caen n’est pas seulement une ville historique. C’est aussi une localité qui a acquis ses lettres de noblesse en tant que ville culturelle. Le Nördik Impackt, le festival Beauregard ou encore les Boréales ne sont que quelques-unes des manifestations qui jalonnent son calendrier culturel.

Si vous recherchez un endroit agréable pour vous installer en colocation, vous apprécierez certainement de vivre à Caen. Sa proximité avec la mer fait que vous n’aurez qu’une dizaine de minutes de trajet pour vous détendre sur la plage entre amis ou en famille. Vous bénéficiez en plus de près de 500 ha d’espaces verts. Le niveau d’insécurité y est tellement faible que vous pouvez vous sentir rassuré et vous installer en toute tranquillité avec vos enfants.

Caen, ville universitaire

Si vous êtes étudiant et que vous souhaitez poursuivre votre cursus universitaire en Basse-Normandie, vous pouvez vous inscrire à l’université de Caen. Vous y avez un large choix de formations, allant de la psychologie à la biologie fondamentale et appliquée, en passant par l’école doctorale de droit. Vous avez en plus le privilège d’étudier dans l’une des plus anciennes universités de France, née au XVe siècle.

En moyenne, comptez 11,78 €/m2 pour un appartement et 7,36 €/m2 pour une maison. Le parc locatif dispose de biens assez récents dont une grande partie date de l’après-guerre. Vous trouverez certainement un logement assez spacieux pour vous établir en colocation.

Caen a été élue première ville pour la qualité de vie offerte aux étudiants. Ce titre lui a été décerné par le magazine l’étudiant, et s’explique par le dispositif d’accueil (logement), les potentialités culturelles et les infrastructures sportives qu’elle met à la disposition de cette catégorie d’habitants.

Colocation à Nîmes

colocation nimes
Nîmes est une ville où il fait bon vivre. Les loyers y sont inférieurs à ceux qui s’appliquent généralement dans les villes de province, et les quartiers, même ceux qui se trouvent en centre-ville, affichent des tarifs accessibles pour une colocation.

Nîmes et ses particularités

Avec ses 16.150 ha, Nîmes se tient à la vingtième place des plus grandes villes de France. Au 1er janvier 2015, 146.709 habitants occupent ce vaste territoire. Ville d’Art et d’Histoire, Nîmes est aussi labélisé Villes et Villages fleuris. L’OMS l’a qualifié de ville santé. C’est dire que c’est une localité où il fait bon vivre, avec un climat doux et un bon ensoleillement. À ceci viennent s’ajouter un riche calendrier culturel tout au long de l’année, avec des spectacles pour toute la famille, des théâtres et des concerts de musique contemporaine. De plus, vous êtes aux premières loges pour assister à la mondialement connue féria de Nîmes.

Nîmes abrite bon nombre d’infrastructures qui en font une grande mégalopole : grands centres hospitaliers, grandes écoles et universités, etc.

Si auparavant, la cité semblait enclavée, le TGV a tout changé. La localité n’est plus qu’à une heure de la Cité Phocéenne et il faut moins de trois heures pour parvenir à la capitale. Grâce à l’A9, il est aisé de se rendre à Toulouse, à Montpellier ou en Espagne. Le réseau de transport en commun de la ville est assez développé avec des lignes de bus et un tramway qui desservent toutes les zones.

Le marché de la location et de la colocation à Nîmes

Sur l’ensemble des ménages nîmois, 57% sont locataires selon les chiffres de l’INSEE. Sur ce pourcentage, 39% des logements sont de type T1. Pour ce type d’habitation qui fait approximativement 31m2, le loyer moyen de 398 €.

Les grands appartements qui conviennent pour une colocation représentent une grande majorité de l’offre locative nîmoise, à raison de 56%. Pour ce type de logement, prévoyez un budget de 565 € pour 54m2, en moyenne. Ce tarif représente une centaine d’euros en moins par rapport à la moyenne nationale. Pour les très grands appartements, les tarifs arrivent jusqu’à 800 €, mais ce prix devient plus accessible lorsqu’il est partagé entre plusieurs colocataires. Le loyer à prévoir pour les maisons est encore plus important, de l’ordre de 845 € en moyenne, mais vous occupez dans ce cas un très vaste espace, parfois jusqu’à une centaine de mètres carrés de surface habitable.

D’une manière générale, pour le loyer et les charges, les prix affichés à Nîmes sont moins chers de 9% par rapport aux autres villes de province et 62% moins cher qu’à Paris.

Quelques quartiers nîmois intéressants

Dans son centre-ville, l’Écusson, Nîmes réalise des travaux en vue de rendre cette zone plus séduisante. Dans ce sens, la municipalité a lancé plusieurs projets urbains, pour ne citer que celui qui concerne la réhabilitation de la zone dénommée Arènes-Esplanade-Feuchères.

Si vous avez une préférence pour les logements neufs, vous pouvez en trouver, proposés en colocation, à Puech du Teil ou dans la zone des places Jean-Jaurès et Séverine. Le quartier des Arènes et la zone de la gare sont à surveiller, car les travaux de réhabilitation qui y sont menés promettent de rendre la zone plus attrayante : les maisons anciennes y sont rénovées et des nouvelles résidences y sont construites.

Chercher une colocation ou des colocataires sur Internet : comment ça se passe ?

colocataire sur internet
Internet est la solution la plus simple et la plus rapide pour chercher à intégrer une colocation déjà former, ou trouver des colocataires si vous avez déjà un grand logement à partager. Comment ça se passe en réalité ? On vous dit tout.

Première étape : s’inscrire sur un site de colocation

Comme sur n’importe quel site de rencontres, la première étape est de s’inscrire sur un site de colocation pour rejoindre la communauté. Vous pourrez ainsi consulter les profils intéressants d’autres personnes qui cherchent un colocataire, et avoir accès à toutes les fonctionnalités du site.

Pour parfaire l’étape de l’inscription, il faudra bien compléter votre profil. Nom, âge, caractère et personnalité, les passions et centres d’intérêt, le genre de musique préféré, les sports, le cinéma… voilà entre autres des renseignements utiles, voire indispensables à communiquer dans votre profil. Plus votre profil est complet, plus il sera intéressant pour les autres membres de la communauté. N’oubliez pas de choisir une photo de profil qui respire la joie et la bonne humeur. Inutile de passer des heures à faire un selfie ou de vous maquiller plus qu’il n’en faut. Restez naturel, c’est ce que l’on recherche.

Pensez également à préciser si vous êtes fumeur ou non, et si vous tolérez le tabac. Une telle information s’avère cruciale, voire décisive pour autrui. Enfin, il faudra aussi mentionner la ville souhaitée, éventuellement si vous êtes prêt à vous installer en périphérie, et votre budget maximum pour le loyer.

Deuxième étape : publiez votre annonce

C’est peut-être l’étape la plus compliquée, car l’objectif est de vous décrire en quelques phrases : ce que vous aimez ou n’aimez pas, ce que vous recherchez exactement comme colocation, vos qualités, etc. Quand on est à la recherche d’une colocation, on fait attention à ce que l’on écrit. Il faut rester agréable tout en étant sincère. Ce petit résumé de votre personne suffira à vous juger (en tout cas, sur le site). C’est donc le moment de dire par exemple si vous aimez faire la fête, si vous cherchez en particulier un logement proche du centre-ville, si vous aimez cuisiner (et donc en faire profiter tout le monde).

Un autre cas de figure peut se présenter : vous avez déjà trouvé une belle et grande maison, et vous cherchez des colocataires avec qui partager les frais. Dans ce cas, il faudra mentionner dans votre profil quel genre de colocataires vous cherchez, ce que vous ne supportez pas, si vous cherchez en particulier des colocataires étrangers pour un bain de langue… Éventuellement, vous pouvez mentionner le loyer, cela pourrait faire réagir les internautes rapidement.

Une sorte de réseau social pour la colocation

Un site de colocation est en quelque sorte un réseau social. En rejoignant la communauté, vous pouvez vous faire de nouveaux amis (même virtuellement pour commencer), agrandir votre cercle d’amis comme sur n’importe quel autre réseau social. Vous pouvez également recommander une personne ou vous faire recommander par quelqu’un, ce qui boostera indéniablement votre profil. Enfin, les premiers contacts se feront toujours par message privé. Vous pouvez donc décider de parler longuement via le site avant d’envisager une rencontre réelle.